Evénement - Comète C/2012 S1 (ISON)

Mise à jour du 30 nov à 14h : aie !

Visiblement la comète n'a finalement pas tenu. Elle devient de plus en plus diffuse, vraisemblablement elle c'est fragmentée en plusieurs morceaux.

La photo est prise par le satellite SOHO et les mêmes remarques que celle d'hier s'appliquent. Le Soleil est en bas à gauche hors du cadre de l'image.

Mise à jour du 29 nov : ça passe mais pas sans dégats

La comète est réapparue et semble encore en un seul morceau contrairement à ce qui à été annoncé par certains journalistes. Petit soucis tout de même : sa luminosité a effectivement bien diminué, elle sera donc observable mais ne sera vraisemblablement pas aussi impressionnante qu'espéré.

La photo présenté ici est également de SOHO mais provient d'un coronographe ayant un champ plus large. On y voit bien la comète avec ces deux queues. La queue ionisé qui part en diagonale vers en haut à gauche et la queue de poussière qui traîne derrière la comète donc vers le bas. Cette forme très particulière est due à la vitesse très importante de la comète lors du passage près du Soleil. D'habitude les deux queues vont dans la direction opposée au Soleil car elles sont poussées par le vent solaire. La queue de poussière a toutefois un effet de traînée qui la courbe légèrement mais pas au point de suivre la comète comme elle le fait ici.

De la même façon que l'autre photo le cercle blanc représente le Soleil. La grande bande diagonale qui va du Soleil à bord haut-droit est dû à l'instrument. Les petits traits présents sur l'image sont des parasites dû à l'effet du vent solaire sur le capteur du satellite.

Mise à jour du 28 nov : c'est chaud !

La comète encore assez brillante ce matin à nettement diminué de luminosité peu avant le passage au périhélie (passage près du Soleil). Cela ne présage rien de bon quand à la survie de la comète à ce passage très rapproché. Demain on devrait en savoir plus.

Cette photo à été prise pas le satellite d'observation du Soleil SOHO, il s'agit ici d'une photo faite avec l'un des coronographes. La position du Soleil est représentée par le cercle blanc. Le disque noir est le cache qui obstrue la lumière du Soleil. Autour on voit les étoiles et en bas à droite la ligne courbe c'est la queue le la comète très déformée par la vitesse du mouvement (normalement elle est opposée au Soleil). La chevelure de la comète est dans la zone obstruée par le coronographe.

Visibilité

La comète C/2012 S1 (ISON) passera à proximité du Soleil le 28 novembre 2013, toutefois ces jours là et malgré que la comète est prévue comme étant très brillante elle n'est pas observable justement à cause de sa trop grande proximité avec l'astre du jour.

Avant son passage elle sera observable le matin sur l'horizon jusqu'au 20~22 novembre (la visibilité dépend de la luminosité de la comète). Il faut l'observer aux jumelles environ 1h avant le lever du Soleil. Elle se situe vers le sud-est là où le Soleil apparaîtra une heure plus tard. Le 22 elle sera, pour les observateurs situés à la latitude de la France, à peu près à la même hauteur que Mercure. Le 18 elle sera très proche de Spica. Inutile d'observer lorsque la luminosité devient trop importante, la comète ne sera pas visible dans ces conditions. Il est aussi très important d’arrêter l'observation avant l'apparition du Soleil, son observation par inadvertance pouvant entraîner des dommages irréversible à la vue.

Après son passage, si la comète à résisté au passage à coté du Soleil, elle revient observable mais son observation risque d'être délicate car très basse sur l'horizon du soir. Son observation ne sera possible que dans l'hémisphère nord et tout particulièrement dans les régions polaires. A la latitude de la France cela est déjà assez compliqué, on peut tabler sur une réapparition vers le 9 décembre où la comète sera à 10° de l'horizon au moment où le Soleil se couche. Compte tenu qu'il n'est évidemment pas possible de l'observer avant que le ciel ne se soit fortement assombri, comptez une bonne demi heure, cela rend la comète particulièrement basse sur l'horizon.

Au delà du 20 décembre son observation devient de moins en moins difficile mais elle est aussi de moins en moins lumineuse. Notez aussi la présence de la comète C/2013 R1 (Lovejoy) dans la même région du ciel.

Trajectoire de la comète C/2012 S1 (ISON) entre le 1 et le 17 nov
Sur cette carte vous pouvez voir les trajectoires de la comète et du Soleil. Les dates sont au format mois-jour, 11-07 veut donc dire 7 novembre.
La magnitude théorique de la la comète est également donnée à la suite (attention ceci est très approximatif)
J'ai laissé la comète 2P/Encke qui est dans le zone. C'est une comète périodique connue depuis 1786 et dont la période est de 3,3 ans seulement.

Version sur fond blanc

Trajectoire de la comète C/2012 S1 (ISON) entre le 18 nov et le 17 déc
Sur cette carte vous pouvez voir les trajectoires de la comète et du Soleil. Les dates sont au format mois-jour, 12-02 veut donc dire 2 décembre.
La magnitude théorique de la la comète est également donnée à la suite (attention ceci est très approximatif)

Version sur fond blanc

Trajectoire de la comète C/2012 S1 (ISON) entre le 17 déc 2013 et 20 janv 2014
Pour finir une carte de trajectoire montrant la comète s'éloignant du système solaire. Le format est le même que précédemment.

Version sur fond blanc

Luminosité

Les calculs de luminosité sont très optimistes en montrant une magnitude allant jusqu'à -10, toutefois la prudence est de mise car les comètes sont des astres dont il est très difficile de prévoir la luminosité. Même si les premières estimations sont très impressionnantes il semblerait que la comète dégaze moins de matière que prévu et qu'elle est de ce fait bien moins lumineuse que prévu.

Résistera t'elle à la chaleur du Soleil ?

Ceci n'est pas sur, en effet une comète est formée en grande partie de glace qui chauffée par le Soleil ce vaporise pour donner la chevelure puis la queue caractéristique. Un passage rapproché avec le Soleil peut lui être fatal.

La comète passera à 0,0125 UA du Soleil soit environ 1,85 millions de km seulement ! Évidemment la dislocation est tout a fait possible sous un rayonnement alors équivalant à 6400 fois celle que subit la Terre. Cette comète est toutefois relativement massive et à toutes les chances de s'en sortir.

Si la comète se disloque alors les fragments continueront sur des trajectoires proches de celle d'origine mais chaque fragment sera alors bien moins visible que si la comète était entière. Sans instrumentation performante il deviendra impossible de l'observer.

Risque t'elle d'entrer en collision avec la Terre ou le Soleil ?

Dans le cas de la Terre, le plus proche passage se produira le 26 décembre 2013 à 22:42 où elle se trouvera à 0,429 UA de la Terre soit tout de même 64,2 millions de km. Tout risque est donc écarté.

La comète passera par contre très près du Soleil mais ne rentrera pas en collision même si elle se fragmentait à sa proximité. De toute façon cette collision n'aurait aucun impact notable. Le Soleil reçoit de grandes quantités de comètes qui sont juste absorbés sans laisser de traces. Beaucoup d'entre elles sont d'ailleurs découvertes par les satellites d'observation du Soleil peu avant leur destruction.

Remarquez aussi qu'elle est passée à coté de la planète Mars le 1 octobre à 17:27. Les deux astres ce trouvait alors à 0,0724 UA soit 10,8 millions de km.

Inutile donc de retourner à Bugarach si ce n'est pour le tourisme.

Sites de référence

Document Astro5000